Mes choix de vie : frugalité et minimalisme

Mes choix de vie : frugalité et minimalisme

Cet article participe à l’évènement “Les choix de vie” du blog YGOCOACHING. Je vous invite à lire l’article “Savoir dire Non” qui donnera des pistes à tous ceux qui n’osent pas dire non, même s’ils le pensent très fort 😉

 

L’idée de choisir sa vie

 

J’ai décidé de participer à ce carnaval d’articles car ce thème résonne beaucoup pour moi.

En effet, il y a 3 ans, je démarrai, sans le savoir, une nouvelle vie. Avant cela, je pensais que vivre sa vie, c’était ce que je faisais au quotidien : vivre au jour le jour, partir en vacances en Asie ou dans les Caraïbes, manger dans de bons restaurants, aller au cinéma, faire du shopping. Bref, passer les journées en dépensant l’argent durement gagné, en attendant qu’une nouvelle journée ne commence. Autant vous dire que l’idée de “choisir ma vie” ne faisait absolument pas partie de mon vocabulaire.

C’est sans vraiment m’en rendre compte que je me suis dirigée vers une nouvelle vie, une vie que je construisais comme j’en avais envie.

 

De la surconsommation à la frugalité

 

Lors de mes années parisiennes, j’ai eu la chance de pouvoir travailler dans le domaine du luxe. Avec mon salaire confortable, je ne comptais pas lorsqu’il s’agissait d’acheter sacs et chaussures, mes pêchés mignons, ainsi que vêtements ou tout autre objet technologique.

 

Le luxe : une pression sans fin

 

Depuis que je suis haute comme 3 pommes, je suis attirée par les souliers. Quand j’étais perdue dans un magasin, ma mère savait où me trouver. Alors quand se sont ouverts à moi les portes des beaux souliers et magnifiques sacs à main, j’étais comme un poisson dans l’eau. Je dépensais sans compter, pas besoin de me priver.

Du moins, c’est ce que j’ai cru à l’époque. Avec le recul, je me rends compte que le monde du luxe est un milieu qui nous pousse à la surconsommation. Acheter pour toujours avoir la tenue et accessoires du dernier défilé, le dernier truc à la mode…

La pression vient d’ailleurs, elle vient des autres. Dans le domaine du luxe, c’est à qui sera le plus beau, celui qui aura fait la meilleure affaire, celui qui aura le plus grand, le plus, le plus, le plus. Alors on rentre dans cette compétition, à l’insu de notre plein gré.

Je m’en suis rendu compte dès que j’ai quitté ce milieu. Dans le nouveau monde que j’ai intégré, pas de compétition sur “qui a les plus hauts talons, les plus beaux sacs, les plus belles tenues, etc“. Pas de compétition sur celui qui a pu aller au défilé, ou pas. Il y a bien une compétition, mais pas du même ordre, une autre que je ne connaissais pas, mais ça, c’est un autre débat.

 

Le minimalisme : une première porte de sortie

 

Je me suis également rendu compte de cette surconsommation lorsque, avec mon compagnon, nous avons décidé de nous envoler pour le Canada. J’ai été obligée de trier mes affaires et, croyez-moi, faire rentrer 10 ans de vie dans une valise de 23 kilos n’est pas une mince affaire. Quitte à faire les choses jusqu’au bout, j’ai fait le point sur tout ce que j’avais acheté et combien de fois j’avais réellement porté ou utilisé ces affaires. Vous vous doutez du résultat : on a tous notre tenue préférée 👢👗👖 👠

Au final, c’est un gâchis : un gâchis de temps et d’argent.

Heureusement, j’ai souvent eu à coeur de prendre soin de notre planète, alors réduire mes déchets, réparer au lieu de jeter, donner si je n’en ai plus l’utilité m’ont fait le plus grand bien. J’ai notamment fait de nombreux passages à La Cravate Solidaire.

C’est en appliquant cette méthode de tri que j’ai découvert que ce phénomène s’appelle le minimalisme. C’est ainsi que je suis sortie d’une surconsommation à une consommation plus responsable.

Aujourd’hui, je suis même passée à un autre mode de consommation encore plus poussé : la frugalité.

le minimalisme ou comment remettre de l'ordre dans sa vie
Le minimalisme : commencer par faire du tri dans ses placards pour mettre de l’ordre dans sa vie
Image par Luis Rainero de Pixabay

 

La frugalité : le champ des possibles

 

J’ai découvert la frugalité quand je me suis connectée avec la communauté FIRE.

Une fois rentrée dans ce monde-là, un champ des possibles s’est ouvert à moi.

Attention, je ne dis pas que je n’aime plus le luxe ni les belles choses, je suis toujours fan de souliers. Mais depuis, je choisis ce que j’achète, je fais mes propres choix. Je pèse le pour et le contre. Et le motto “En ai-je vraiment besoin ?” est devenu mon leitmotiv lors de mes achats, à l’instar du livre de Pierre-Yves McSweenEn as-tu vraiment besoin?

C’est ainsi que le second effet kiss cool est apparu : j’ai repris le contrôle de mes finances. Un comble me direz-vous, pour un contrôleur de gestion qui gère des budgets à longueur de journée.

 

Reprendre le contrôle de ses finances

 

Oui, je dois vous faire une confidence, je n’ai jamais vraiment géré mes finances. Enfin, jusqu’à il y a 3 ans.

Je pointais bien mes dépenses sur mes relevés mais sans aller plus loin. Chaque début d’année, je tentais de construire un mini budget. Mais en vrai, je ne savais pas combien représentaient mes dépenses par rapport à mon salaire. Je n’avais aucune idée de combien je mettais de côté chaque année. Je dépensais sans compter. De toute façon, je n’avais pas besoin, j’avais un salaire correct, je ne manquais de rien et j’avais de quoi me faire plaisir. A cette époque, j’étais loin de me douter que fonctionner ainsi résulte plus du choix de vie subi, que d’un choix assumé en bonne et due forme.

FIRE signifie “Financièrement indépendant, en retraite anticipée“. La clé pour réussir est l’épargne. Plus notre taux d’épargne est haut, plus on est susceptible de pouvoir partir tôt en retraite, notamment en investissant notre épargne.

Pour faire partie de cette communauté et atteindre la liberté financière, j’ai donc analysé toutes nos dépenses. J’ai appliqué ce que j’avais appris en entreprise, et qui fonctionne, en mettant en place une stratégie financière.

Ainsi, chaque centime gagné et dépensé est contrôlé.

D’un état d’esprit où à chaque jour suffit sa peine, je suis passée à un état d’esprit de contrôle, mais pas au mauvais sens du terme. Car en reprenant le contrôle de mes finances, j’ai aussi repris le contrôle de ma vie. Fini de vivre au jour le jour, fini le gâchis, j’ai à présent des objectifs clairs et je sais où je vais.

 

Profiter du présent tout en assurant son futur

 

Depuis, nous faisons attention à nos achats, d’où ils proviennent et de leurs prix.

Nous assurons nos arrières tout en profitant de la vie au jour le jour, nous avons toujours un objectif. Notre plaisir de cet hiver est d’avoir été skié chaque weekend, tout en préparant le futur.

C’est ainsi que nous avons ensuite pu voyager pendant plus de 3 mois pour visiter le Canada d’Ouest en Est, sans avoir besoin de travailler et sans nous priver !

Cela fait maintenant 2 ans que nous avons changé de mentalité. Passer de la surconsommation à la frugalité sans transition n’a pas été de tout repos, mais à présent, nous sommes fiers de nos choix. Nous savons où nous voulons aller, nous avons nos finances sous contrôle, ce n’est plus l’argent qui nous dirige.

En bref, nos choix de vie sont assumés et non plus subis.

 

La liberté de choisir : voyager tout en profitant du quotidien
Visite du parc national du Mont Riding, au Canada. Un voyage de 3 mois possible grâce à la maîtrise de nos finances 😃

 

Des choix de vie assumés… à durée déterminée

 

Lorsque l’on parle de choix de vie, on aurait tendance à croire que ceux-ci sont… pour la vie.

Il est vrai que pour pouvoir continuer d’assurer nos arrières tout en vivant au jour le jour, nous sommes restés frugaux. C’est un mode de vie qui, en plus d’être compatible avec le nomadisme, nous convient car nous n’aimons pas le gaspillage et faisons attention à notre environnement. De plus, nos salaires combinés sont bien plus bas que lorsque nous étions salariés.

Cependant, ce choix de vivre de manière frugale et minimaliste ne nous empêche pas de penser qu’au fur et à mesure du développement de nos activités, de l’augmentation de nos revenus, nous deviendrons moins frugaux. C’est aussi compatible avec notre stratégie financière que l’on a mise en place, la stratégie des Jarres. En effet, dans cette stratégie, nos dépenses représentent un pourcentage de nos revenus. Ainsi, plus nos revenus augmentent, plus nous pouvons augmenter les dépenses liées aux charges fixes, mais aussi celles liées aux plaisirs 😀

Ce qu’il faut retenir c’est : qui dit choix de vie ne signifie pas que cela doit durer toute la vie ! Mais les choix de vie doivent surtout être… choisis en opposition à ceux qui sont subis. Des choix de vie bien alignés permettent de reprendre sa vie en main.

Et puis personne n’étant parfait, malgré notre frugalité et notre minimalisme, nous ne vivons pas qu’avec un seul tshirt et une seule culotte 😉

En fait, nous avons surtout adaptés ces 2 concepts pour qu’ils soient en phase avec nos valeurs.

Finalement, les choix de vie sont flexibles, en perpétuelle évolution. Un peu comme les budgets, ils vous aident à vivre votre vie comme vous le souhaitez.

Et vous, quels sont vos choix de vie ? Sont-ils subis ou assumés ?

 

Pour aller plus loin :

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  


9 thoughts on “Mes choix de vie : frugalité et minimalisme”

  • Bonjour Sandra !
    Merci pour ton article très inspirant 🙂 Je trouve qu’il est effectivement important de se poser pour analyser nos comportement, ce que l’on souhaite accomplir et atteindre comme mode de vie, et pourquoi. Cela permet de sortir d’un certain nombre de conditionnements dont on n’a pas forcément conscience. Consommer ou vouloir de belle chaussures, un beau costume ou une belle voiture n’est ni bien ni mal en soi, mais il est intéressant de le faire en conscience (et ça vaut bien sûr pour des décisions bien plus importantes 🙂 ). Pour se poser les bonnes questions, la pyramide de Dilts est un outil de coaching et d’auto-coaching que je trouve très intéressant. Cela nous amène à questionner nos comportements, nos compétences, nos valeurs, notre identité, notre mission dans la vie, et notre vision de la vie pour nous aligner… Ensuite il n’y a plus qu’à mettre en œuvre les stratégies que tu proposes pour atteindre plus facilement et plus efficacement nos objectifs 😉
    J’aime enfin beaucoup ta vision à durée déterminée : il faut laisser la place aux changements, voire aux revirements 🙂
    Bonne continuation !

    • Merci Gaël de ton retour qui me touche.
      C’est vrai, il est important de préciser qu’il n’y a rien de bien ni rien de mal à vouloir de belles choses de luxe mais le tout est de choisir en pleine conscience 🙂
      Je ne connais pas cette pyramide de Dilts, je vais aller regarder de quoi il s’agit plus précisément 🙂

  • Cet article me parle énormément. Depuis mon retour d’année sabbatique passée à sillonner les routes d’Amérique du Sud, et à vivre avec des affaires qui tenaient dans un sac à dos, je me suis rendu compte de tout le superflu que l’on amasse dans nos vies occidentales au milieu de cette société de consommation. Désormais j’essaie de ne remplacer que si c’est absolument nécessaire et cherche au maximum à me débarrasser si ce n’est pas indispensable. Merci pour ce témoignage

    • Merci Nicolas pour ton partage d’expérience 🙂
      C’est vrai que c’est souvent de longs voyages qui nous font nous rendre compte du superflu amassé, comme tu le dis.

  • Bonjour,

    Je découvrir votre site aujourd’hui et cette article me parle beaucoup. Nous tentons d’aller dans le sens du minimalise également. J’aimerais être encore moins attaché aux choses, mais ce n’est pas toujours facile avec 4 enfants. Mais nous y travaillons.

    Merci pour ce partage.

    • Merci Shirley de ton retour.
      Effectivement, c’est moins facile avec des enfants car ils sont eux aussi sous pression ! Que ce soit les copains, les autres camarades de classe, la pub du quotidien, etc. Bravo et surtout, prendre le temps est important.
      Pour nous, le changement a été radical et cela a conduit à quelques tensions, frustrations et énervements parfois. Mais tant que l’on est en accord avec nos choix, tout fini par bien se dérouler 🙂

  • Bonjour Sandra,

    Je viens de découvrir ton blog et j’aime beaucoup ta manière de présenter les choses. J’ai moi aussi changé beaucoup de choses dans mon quotidien pour me reconcentrer sur l’essentiel et ce qui me rend heureuse. Je suis encore très loin du minimalisme et ce n’est pas forcément ce vers quoi je tends mais ce qui est sûr, c’est que je préfère dépenser mon argent dans un événement qui me laissera des souvenirs que dans un objet.

    Bonne continuation!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.